Tyrol du Sud

Tyrol du Sud, Autrichiens de cœur

Le Tyrol du Sud ou Südtirol est un territoire de langue allemande au nord de l’Italie à laquelle l’histoire l’a rattaché malgré lui. Autrichiens dans l’âme, les Tyroliens du Sud bénéficient d’une forte autonomie, leur permettant aujourd’hui de mieux vivre leurs différences.

Officiellement adopté en 1983, le drapeau du Tyrol du Sud reprend à quelques détails près le drapeau du Tyrol autrichien. L’aigle de gueule (rouge) y est simplifié et se trouve dans un écu blanc. Les couleurs blanches et rouges sont les couleurs du Tyrol.

Peuplé dès le Mésolithique, le Tyrol du Sud nous offre aujourd’hui de nombreuses traces de la présence humaine sur ses terres. Inclus dans l’Empire romain dès 59 avant J.-C., les populations germaniques s’y succèdent, en particulier Bavarois et Lombards du VIe au IXe siècle. Au Xe siècle le Tyrol du Sud devient une place forte, base avancée de l’Empire romain-germanique dans les Alpes. Dirigé par les Habsourg dès le XIVe siècle, il ne sera annexé à l’Italie qu’en 1918, après le traité de Saint-Germain. Le régime fasciste conduira à une forte répression des Tyroliens dès 1922. Hitler et Mussolini s’entendent et « offrent » deux « options » aux Tyroliens. Rester et être italianisés ou fuir vers l’Allemagne et être apatrides.

Après la Seconde Guerre mondiale, un statut d’autonomie du Tyrol du Sud est négocié à Paris (Accord Gruber-De Gasperi). Il ne sera pas effectif immédiatement. Parallèlement, l’Italie organise l’arrivée de nombreux migrants du sud de l’Italie. Cette situation de quasi-colonisation, entraîne l’exaspération des populations locales. Dès 1957 le Comité de libération du Tyrol du Sud (BAS) organise la lutte armée dirigée initialement contre les bâtiments publics. Grâce à l’intervention de l’Autriche devant le Conseil de sécurité des Nations unies la question du Tyrol du Sud est enfin abordée sereinement et cela permet un apaisement. L’autonomie y est devenue effective. Les partis politiques tyroliens dominent la scène politique permettant de bénéficier d’un statut avantageux et de la pratique de la langue allemande en co-officialité.

Carte d’identité

NomSüdtirol | allemand
Alto-Adige (Sudtirolo) | italien
(Tyrol du Sud)
Population 530 000 hab. (2018)
Superficie 7 400 km²
Langues Deutsch | allemand
Italiano | italien (officielles)
Nombre de locuteurs 314 000 | allemand (2011)
20 500
| ladin (2011)
État de tutelle Italie
Statut officiel Province autonome en Italie
CapitaleBozen | allemand
Bolzano | italien
(Bozen/Bolzano)
Religion historique Chrétiens catholiques
DrapeauSüdtiroler Fahne | allemand
(Drapeau du Tyrol du Sud)
HymneAndreas-Hoferlied / Südtirollied | allemand
(Chant d’Andreas-Hofer / Chant du Tyrol du Sud)
Devise Pas de devise

Chronologie

  • VIe-IXe • Implantation de populations d’origine germaniques, Bavarois et Lombards.
  • IVe • Le Tyrol du Sud intègre le Saint-Empire romain germanique.
  • 1363 • Le Tyrol du Sud intègre l’empire des Habsbourg.
  • 1805 • Andreas Hofer mène la résistance contre les Bavarois alliés aux armées napoléoniennes. Il donne son nom à l’hymne sud-tyrolien.
  • 1919 • Le Tyrol du Sud est annexé par l’Italie suite au Traité de Saint-Germain.
  • 1943 • Après l’entente entre Hitler et Mussolini, les Nazis s’emparent du Tyrol du Sud.
  • 1946 • Accord Gruber-De Gasperi afin de trouver une solution d’entente et un statut au Tyrol du Sud.
  • 1957 • Actions armées du Comité pour la libération du Tyrol du Sud.
  • 1972 • Deuxième statut d’autonomie. Le Tyrol du Sud bénéficie de très larges compétences.

Zoom historique

Lors des guerres napoléoniennes, le Tyrol est annexé par la Bavière, alors alliée de la France. Andreas Hofer prend alors la tête d’un mouvement de résistance afin de libérer le pays. Soutenue quelques années plus tard (1809) par l’empereur François II d’Autriche, la rébellion tyrolienne se met en ordre de marche. Défiant les Bavarois à Sterzing, Hofer devint une figure charismatique du patriotisme tyrolien. Victoires et défaites se succèdent. Napoléon écrase les Autrichiens qui reprennent l’avantage. En quelques mois, Hofer arrive à défier les envahisseurs. Sa tête sera mise à prix. Capturé, il est exécuté à Mantoue en février 1810. Devenu un martyr en Autriche, ses restes furent transférés à Innsbruck en 1823. L’hymne tyrolien porte désormais son nom en Tyrol autrichien ainsi qu’officieusement en Tyrol du Sud.

Géographie

Le Tyrol du Sud se trouve perché dans les Alpes. Limitrophe au nord et à l’est de l’Autriche, pays avec lequel il garde des liens très forts, ses autres voisins sont la Suisse à l’ouest et l’Italie (Lombardie, Trentin et Vénétie) au sud. La limite entre Tyrol autrichien et Südtirol, imposée après la première guerre mondiale s’est dessinée sur les principales crêtes des Alpes. Le tunnel de Brenner (2 020 m) permet la liaision entre les deux parties du Tyrol historique. Le Südtirol est divisé en huit districts (Bezirksgemeinschaft) : Bozen, Burggrafenamt, Eisacktal, Vallée Puster, Salten-Schlern, Überetsch-Unterland, Vinschgau, Wipptal. Sa capitale Bozen se trouve au centre du pays. La majeure partie de la population se trouve entre 300 et 1 200 m d’altitude. Les vastes alpages et les hauts pâturages font la réputation de cette région d’Europe.

Zoom politique

Principaux partis politiques